Communiqué à propos de la destitution de Miss Roubaix

Communiqué de presse – 7 mai 2013

Nous avons peu communiqué sur les raisons du découronnement de l’ancienne Miss Roubaix et beaucoup imaginent ce silence comme une dissimulation. La raison en est que nous préférons demeurer concis sans donner de détails afin de ne pas susciter plus de commentaire sur la personne concernée.

Ce qu’on peut dire c’est qu’il y a plusieurs articles du Règlement des Miss qui ont été bafoués par l’ex-Miss, avec malheureusement l’impossibilité d’en discuter avec elle malgré nos invitations à la rencontrer plusieurs fois préalablement. C’est une décision qui ne fut pas facile, et qui vient après plusieurs tentatives et sans que les précédents messages n’aient été, semble-t-il, compris. Pourquoi n’aurions-nous pas appliqué le règlement qui fut accepté et signé par toutes les candidates à cette jeune fille ?

Beaucoup s’imaginent qu’être miss permet d’avoir tous les droits, c’est au contraire une série de représentations publiques dans le respect de contraintes dans le cadre d’un projet. Qu’on ait 17 ans, 18 ans ou plus, mineures ou majeures, les engagements signés sont à respecter et chaque candidate qui y postule le sait. Ce n’est pas la miss qui décide ni d’user de son écharpe ou son titre selon son bon vouloir ou celui de ses parents. Cette égide peut surprendre et paraitre contraignante mais elle est commune à toutes les élections de miss quelques soient les comités, à tout niveau, et pas seulement à celui de Roubaix. La destitution fait partie intégrante de l’univers des miss, c’est pour cela que sont prévues des dauphines.

Vous avez été un certain nombre à exprimer votre émotion sur l’aspect « public » de la destitution, qualifiée par d’autres « d’humiliation ». Nous tenons à dire que nous n’avons jamais voulu en arriver là et avions proposé une ultime rencontre, en aparté, la veille de la remise des cadeaux, à laquelle ni les parents ni leur fille n’a souhaité venir.

Le lendemain, nous avons aussi proposé de procéder à la restitution de l’écharpe et de la couronne en toute discrétion, dans un lieu clos, ce qu’ils ont aussi refusé. Ils ont choisi de venir, en mairie, en sachant qu’il y avait les médias, les élus, en mobilisant notamment les gens de l’opposition municipale. Cela a produit une émotion forte en public et une amertume supplémentaire qui n’était pas nécessaire et que, bien entendu, nous regrettons.

Nous condamnons aussi les commentaires à l’encontre de l’ancienne miss que cette médiatisation a pu générer sur les réseaux sociaux et qui sont consécutifs à ce choix, qui n’est pas le notre, de le faire ainsi en public. Nous sommes désolés si cela a pu choquer certaines personnes qui en ont été témoins.

La nomination de la remplaçante s’est faite par ailleurs avec la première dauphine, la seconde devenant la première. La seconde dauphine actuelle a été désignée parce qu’elle était placée quatrième par le Jury le 30 mars dernier.

Nous espérons que ce nouveau trio composé de superbes jeunes filles saura assurer des représentations, se montrer disponibles pour les manifestations publiques, et donner du bonheur aux gens de Roubaix qu’elles croiseront.

Le Comité Miss Roubaix Métropole

Publicités